Festivités de Samhain

J’ai envie de dire « Bonne Année ! », car oui, Samhain est le début d’un nouveau cycle de saisons. C’est le 1er jour de l’année des sorcières. Vous connaissez sans doute cette festivité du 31 octobre sous le nom d’« Halloween » pour « All hallows-even » et qui pourrait signifier « The eve of all Saints day », la fête de tous les saints.

Pour moi, ce n’est pas vraiment pareil. Aujourd’hui, Halloween à une connotation très commerciale. À la tombée de la nuit, vous pourrez apercevoir des zombies, des vampires ou bien pire encore… une affreuse sorcière affublée d’une énorme verrue sur son nez crochu ! C’est un vrai festival des horreurs et monstre en tout genre. Surtout de petits monstres qui vont de porte en porte pour réclamer des friandises en criant « Trick or treat ! », des bonbons ou un mauvais tour ! Et là, vous n’avez plus le choix vous devez lâcher vos bombecs et chocos préférés si vous ne voulez pas que votre porte soit recouverte d’œufs.

Attention, je n’ai pas dit que je n’aimais pas Halloween. Au contraire, je kiffe grave. Je prépare mes citrouilles au visage de Jack O’ Lantern, je colle des fausses toiles d’araignée sur mes meubles (eh oui, parce que d’habitude c’est propre, enfin plus ou moins), je sors les bougeoirs tête-de-mort et mes guirlandes de petits fantômes et je fais la fête en me faisant peur comme beaucoup d’entre vous ce soir-là. Enfin, ça c’était avant, car aujourd’hui, avec la Covid et le couvre-feu imposés dans plusieurs départements, la soirée d’Halloween sera légèrement compromise : nos rues seront bien plus calmes et nos bonbecs plus en sécurités.

Ce que je veux dire c’est que, pour moi, Samhain ce n’est pas Halloween. Samhain est une célébration plus spirituelle. C’est le moment de l’année où la Déesse de l’été transmet son pouvoir au Dieu de l’hiver. On commémore la fin des moissons, la fin de l’été, mais surtout l’arrivée de l’hiver, la saison courte aussi appelée la saison sombre. On reconnaît le déclin du soleil tout en cherchant à y remédier en allumant de grands feux de joie. Les Anglo-saxons les nommaient les feux du besoin, car ils étaient censés donner de l’énergie au soleil. À la fin des festivités, une braise de ce feu sacré était rapportée chez soi à l’aide d’un navet creusé. Les flammes étaient utilisées pour rallumer un nouveau foyer en l’honneur du nouveau cycle et devaient chasser les mauvais esprits. Aujourd’hui, nos lanternes-citrouilles ont remplacé les navets.

Les chrétiens ont transformé Samhain en fête de tous les saints, appelée veille de novembre. Aujourd’hui nommée Toussaint, cette célébration est une création de l’Église catholique. En effet, en 610 de notre ère, le pape Boniface IV décide d’honorer (le 13 mai) tous les saints, connus et inconnus. Ce n’est que vers 835 que le pape Grégoire III décide de déplacer cette célébration au 1er novembre. Selon certains, cette manœuvre avait pour objectif de détourner le peuple de cet attrait pour les rites païens en ajoutant une fête chrétienne sur le calendrier à la même date que Samhain.

La nuit de Samhain ouvre une porte entre le monde des vivants et celui des morts, la communication avec les défunts est donc facilitée. Si les morts sont à l’honneur au moment de Samhain, cela n’en fait pas pour autant une fête mélancolique et funèbre. Je perçois Samhain plus comme un renouveau, le point de départ d’un nouveau cycle, d’une nouvelle vie. Après une vie bien remplie sur cette terre, nous mourrons puis revenons à la vie pour un nouveau tour de piste et le cycle est reconduit. Samhain est donc la célébration de la fin, mais également du renouveau.

Cette nuit-là, les énergies sont à leur maximum : ça sera donc l’occasion de pratiquer des rituels de protection ou de bannissement. C’est également un moment propice à la réflexion et à la méditation. Repensez aux choses que vous avez faites et à celles que vous voulez faire. Bref, c’est le moment de faire le bilan.

Si comme moi, vous souhaitez passer de la célébration d’Halloween à celle de Samhain, voici quelques astuces qui pourront vous être utiles pour monter votre autel notamment.

Les correspondances associées à Samhain

Chandelles : orange, noire, pourpre, blanche
Encens : pomme, cyprès, sauge, menthe, bois de cèdre, myrrhe
Couleurs : orange, noir
Fleurs : souci, chrysanthème, passiflore
Plantes : clou de girofle (pour la divination), myrrhe (pour la spiritualité et la protection), cèdre (pour la purification et la protection)
Arbre : cyprès
Pierres : l’ambre, l’onyx, l’agathe, la cornaline, le jais et l’obsidienne
Carte du tarot de Marseille : l’arcane sans nom (acarne majeur 13)
Planète : Pluton

Les dieux et déesses à inviter à vos cérémonies

HECATE : Déesse de la Lune, protectrice des sorcières
MORRIGAN : Déesse celte de la mort
OSIRIS : Dieu égyptien
CERNUNNOS : Dieu celte de la fertilité

La décoration de l’autel

Roue de l'annéeC’est évident voyons ! Une belle et grande citrouille évidée et découpée avec une petite bougie chauffe-plat à l’intérieur. Vous pouvez aussi piocher dans les fruits automnaux comme les pommes, les courgettes et les grenades. La divination étant à l’honneur dans ce sabbat, c’est l’occasion pour vous de ressortir votre boule de cristal, vos pendules et autres accessoires dédiés à cette pratique. Si vous le souhaitez, vous pouvez placer sur votre autel une photo d’un être cher défunt autour de laquelle vous disposerez des fleurs telles que des chrysanthèmes. Disposez quelques bougies orange et noires, brûlez de l’encens de sauge ou de pomme. La touche finale : placez une roue de l’année que vous aurez fabriquée au préalable. Ce calendrier des sabbats représentera le symbole de l’éternité et des cycles perpétuels.

La célébration

Samhain se célèbre dès que le soleil s’est couché. Commencez par préparer votre autel tout en pensant aux êtres chers qui vous ont quitté, aux choses que vous avez accomplies (ou non) durant cette année qui vient de s’écouler. Prenez le temps de noter sur des petits papiers les choses dont vous voulez vous débarrasser, comme une mauvaise habitude, un mauvais souvenir ou une maladie, mais aussi les choses que vous aimeriez voir changer. Vous pourrez bruler ces petits papiers des mauvaises habitudes lors du rituel de célébration de Samhain. Pour l’instant, n’allumez qu’une seule bougie. Au douzième coup de minuit, il sera temps d’allumer toutes les bougies que vous avez sorties. Illuminez littéralement cette soirée.
Chanter, riez pour accueillir la nouvelle année et sortez vos pendules, tarots… le moment est à la divination.

Le repas

Vous l’aurez compris, comme à chaque sabbat, ce sont les fruits et légumes de saison qui sont à l’honneur. Pour Samhain, pensez à la grenade, aux pommes, aux noix, aux pommes de terre, aux betteraves, aux carottes, aux panais et bien entendu à la citrouille. Étant à la fin des moissons, les graines comme le blé et l’avoine sont aussi à l’honneur. Côté viande, optez pour des ragouts. Laissez parler votre imagination et lancez-vous dans la création de superbe tarte à la citrouille, de pain aux noix, de bière et autres vins épicés (à consommer avec modération évidemment). Si vous avez envie de plus de recettes, consultez mon billet sur les petits plaisirs pour Samhain.

Je vous souhaite une bonne fête de Samhain à toutes et à tous.

À très vite pour un prochain billet et n’oubliez pas de faire entrer la magie dans votre vie.

À propos de l’auteur :
Nathalie MENDES - Sheluna Consulting

Nathalie MENDES

Passerelle entre l’univers cartésien et le monde de l’intuition, je souhaite faire évoluer la culture managériale pour rendre les leaders plus intuitifs et emphatiques, pour sensibiliser l’entreprise aux bénéfices de l’intuition.