Chakras, le grand mystère révélé

Dans l’article d’aujourd’hui, je vous emmène à la découverte de vos sens. Nous allons plonger dans le bien-être en rééquilibrant nos énergies. Pour cela, je vous propose de lever le voile sur ce grand mystère que sont les chakras.

Mais qu’est-ce donc qu’un chakra ?

Tout d’abord, sachez que nous n’en possédons pas qu’un, mais beaucoup, vraiment beaucoup. Cependant, les principaux chakras sont au nombre de sept.

Les chakras sont comme des points invisibles disséminés sur l’ensemble des lignes énergétiques, appelées « nadis » par les yogis (signifiant vibrations/mouvements), qui parcourent tout notre corps. C’est par ces méridiens que circule notre énergie vitale, le « prana ». Cette énergie, qui provient de l’univers lui-même, circule donc en nous par l’intermédiaire des chakras : c’est par ces portes que le prana va-et-vient.

En effet, le terme chakra est dérivé du sanscrit et signifie roue ou disque. Ce sont donc ces vortex énergétiques, ou centres énergétiques, qui nous alimentent en énergie subtile. On voit souvent les chakras comme des fleurs fluctuant au gré de l’énergie. C’est pour cela, à l’image d’une fleur ouvrant et refermant ses pétales, que l’on parle d’ouvrir ou fermer ses chakras.

Pour la plupart d’entre nous, lorsque nous nous regardons dans le miroir, nous ne voyons qu’un être composé de chair, d’os et de muscles. Mais nous sommes bien plus que cela. Le corps physique n’est que la partie visible de notre être. L’autre moitié appartient à un plan plus subtil, un plan empli d’énergie. C’est là que se cache, entre autres, notre aura. Végétaux, minéraux, animaux, hommes, chaque organisme vivant dispose d’une aura.

Comment ça marche ?

Notre prana, transporté par nos nadis, agit comme un circuit électrique, comme un filament dans une ampoule. Lorsque ce filament est chauffé par l’électricité, l’ampoule s’illumine, la lumière irradie. Partant de cet exemple, notre corps physique, telle une ampoule, propage autour de lui un champ énergétique produit par notre prana : c’est ce qu’on appelle l’aura. Comme la peau protège notre corps des agressions extérieures, l’aura protège notre âme. L’aura a également un rôle d’émetteur-récepteur, car c’est elle qui nous permet d’échanger avec les forces de la nature, avec les influences cosmiques et planétaires.

Bref, pour résumer, notre aura (qui un champ de force électromagnétique) et notre corps physique sont connectés par l’intermédiaire de nos chakras qui sont des portes d’accès vers l’énergie produite par l’univers.

Si le sujet de l’aura vous intéresse, laissez-moi un commentaire en bas de cet article et je produirais un petit quelque chose dessus.

Mais revenons-en à nos chakras…

En médecine ayurvédique, ils sont connus depuis des millénaires. Cette médecine traditionnelle originaire de l’Inde puise ces sources dans le Véda, textes sacrés émanant du Seigneur Suprême selon les dévots de la divinité Vishnou. Cette médecine est encore très usitée en Asie du Sud comme en Chine, où les chakras ont été intégrés dans la pratique de l’acupuncture. En occident, nous les retrouvons souvent sous le nom de plexus et la médecine s’y attenant est davantage considérée comme une médecine parallèle.

Je vous parle de médecine, car les sept chakras principaux, dont je vous parlais au début, sont associés à certains organes de notre corps, mais aussi à des émotions, des troubles physiques et psychiques. Chaque chakra a une fonction qui lui est propre. Bien alimenter un chakra en énergie permet donc de mieux faire fonctionner l’organe en relation. Ils doivent tous être équilibrés, car ils sont tous liés. Lorsque vous travaillez sur l’un d’eux, des modifications s’opèrent également au niveau des autres : le déséquilibre de l’un entraine celui des autres. La réharmonisation des chakras apporte le bien-être alors que leur dérèglement provoque des malaises. Attention donc à ne pas surgonfler ou sous-gonfler vos chakras, car ils risquent de travailler en excès dans le sens positif ou négatif. Par exemple, Manipura, le chakra du plexus solaire est relié au système digestif. Sous-gonflé, il entraine des maux d’estomac, des variations de la tension artérielle et un manque d’assurance. Surgonflé, il fera de vous une personne pleine d’orgueil et de suffisance.

Et ils sont placés où ces chakras ?

Les sept chakras principaux sont situés à des endroits où la concentration de prana émane de l’axe central du corps vers l’extérieur, sur le nadi appelé Sushumna qui est placé le long de la colonne vertébrale. Chacun d’entre eux rayonne d’une lumière qui lui est propre.

Les chakras tournent sur eux-mêmes comme un tourbillon. Selon le chakra, la rotation peut se faire dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans le sens inverse. À noter que les sens de rotation sont inversés chez l’homme et chez la femme. Le chakra le plus bas, Muladhara, est orienté vers le bas, nous connectant ainsi à la terre. Les cinq suivants sont orientés vers l’avant du corps alors que le dernier, Sahasrara, le chakra couronne, est orienté vers le haut afin de nous relier aux cieux.

Tous les chakras en détails, c’est par ici.

Qui peut faire joujou avec mes chakras ?

Il est important de ne pas jouer avec vos chakras si vous n’êtes pas sûr de ce que vous faites. Comme tous les soins parallèles à la médecine conventionnelle, le rééquilibrage des chakras ne doit pas vous dispenser d’un traitement médical adapté. Interdiction donc de faire mumuse avec vos chakras pour voir ce qui se passe ! Mieux vaut les confier à un ostéopathe magnétiseur ou un masseur ayurvédique diplômé si vous n’êtes pas coutumier de cette pratique.

 très vite pour un prochain billet et n’oubliez pas de faire entrer la magie dans votre vie.
Sheluna