Mon premier tirage de tarot

Grimoire de la divination ©Sheluna.com

Avant de procéder à mon premier tirage, je me suis créé un guide de l’interprétation. Pas un gros truc du style le « Seigneur des anneaux » en trois volumes, non, juste quelques notes dans mon grimoire de la divination afin de pouvoir traduire en un clin d’œil le message transmis par mes cartes.

En m’inspirant de l’imagerie et du symbolisme de mon jeu ainsi que de différents ouvrages en ma possession, j’ai compilé puis construit une courte explication afin de déterminer ce que représentaient les arcanes majeurs et mineurs, les différentes séries (bâton, coupe, épée et pentacle), les cartes de la Cour…

 

En complément au vocabulaire déjà acquis, j’ai ajouté quelques définitions, certes évidentes, mais je préfère que les choses soient clairement dites :

  • Cartomancien : il s’agit de la personne qui interprète les cartes
  • Requérant/Demandeur : il s’agit de la personne qui questionne le cartomancien
  • Question : il s’agit de l’interrogation que l’on peut avoir au sujet de quelqu’un ou de quelque chose, une demande d’informations. Celle-ci peut être formulée à voix haute ou non en fonction de vos préférences et convictions.

Je me suis ensuite intéressée aux différentes manières de bien interpréter un tirage, et voici ce que j’en ai ressorti.

4 conseils pour bien interpréter votre premier tirage

  1. Revenez sur vos écrits et apprenez les définitions que vous avez précieusement notées dans votre grimoire de la divination. Cette base théorique est importante, car elle permet de dégager une première idée générale émanant du tirage.

  2. Élargissez votre culture. Une lame n’a pas une, mais plusieurs significations qui dépendent, entre autres, de la question posée. Voici une démonstration simple pour illustrer ce propos. Tirez une carte au hasard puis répondez à ces questions avec toujours la même carte. Qu’est-ce que j’aime ? Qu’est-ce que je déteste ? Vais-je changer d’emploi prochainement ? Vais-je obtenir une promotion dans mon emploi actuel ?
    Étonnant non ? À ce petit jeu, vous aurez vite compris que d’autres éléments peuvent aussi influencer la lecture, comme le requérant par exemple. Votre lecture ne sera pas exactement la même pour vous, votre sœur de 12 ans, votre père médecin de 57 ans, votre grand-mère à la retraite de 90 ans ou votre facteur divorcé de 36 ans. En effet, la personnalité, l’âge, le vécu, la profession… de chaque individu le rend unique et influencera la lecture. Faites le test !
    Pour faire face à cette difficulté, vous devez donc enrichir votre éventail de définitions. Lisez, lisez beaucoup et surtout des auteurs cartomanciens aux points de vue différents. Utilisez des tarots à imagerie variée et contrastée les unes par rapport aux autres. Cela vous aidera à construire une base élémentaire encore plus solide et surtout plus fournie.

  3. La lecture d’un tirage est avant tout une question d’observation : comprendre la signification de chaque lame est une chose, pas forcément simple d’ailleurs, mais savoir interpréter les cartes et les combiner entre elles afin d’en tirer une réponse cohérente et adéquate à la situation est plus délicat. Pour cela, observez bien votre tirage.

    Relevez le nombre d’arcanes majeurs présents, car plus leur nombre est important, plus il conviendra de dire qu’une grande force est à l’œuvre. En effet, sur les 78 lames qui composent votre jeu, il n’y a que 22 arcanes majeurs, soit à peu près 28 % du jeu. Le ratio faisant que sur un tirage de trois cartes, deux d’entre elles (ou plus) soient des arcanes majeurs est donc assez significatif.

    Relevez la présence des cartes de la Cour, car comme pour les arcanes majeurs, elles sont peu nombreuses dans le jeu (20,5 %). À vous d’identifier s’il s’agit d’une personne qui a de l’ascendant sur la situation du requérant.

    Étudiez les séries et posez-vous des questions simples. Toutes les séries sont-elles présentes dans mon tirage ? Laquelle prédomine ? Laquelle est absente ? Cela peut vous donner de précieuses indications de lecture en fonction du symbolisme de chaque série.

  4. Devenez conteur pour mieux narrer l’histoire du tirage : apprenez à dire les choses. Trouvez les bons mots qui vont vous permettre de procéder à une lecture fluide et agréable à l’oreille du requérant. Soyez inspiré et servez-vous de l’imagerie des cartes pour conter l’histoire des lames tirées. Soyez attentif à l’imagerie, aux couleurs, aux détails, aux formes, à la position des personnages… pour essayer d’en faire ressortir un sentiment du plus profond de vous.

Quels tirages pour débuter ?

Il existe des dizaines et des dizaines de tirages, sans compter ceux que vous pourrez créer vous-même. Sans pouvoir tous les citer, vous croiserez sûrement la route du tirage simple à 3 cartes (passé-présent-avenir), la croix à 5 lames, le carré à 9 lames, le prénom (avec autant de cartes que de lettres dans votre prénom), le fer à cheval, la roue astrologique, la croix celtique, le tirage à 21 cartes et même le tirage à 78 lames. Chacun d’entre eux a des points forts et des points faibles. Par exemple, le tirage du choix est à prendre comme un outil d’aide à la décision, car il vous apportera de l’information sur chacun des choix qui s’offrent à vous sans pour autant vous indiquer lequel vous devrez suivre.

Vous l’aurez donc compris, le choix du tirage est très important, car la disposition des cartes entrera en ligne de compte quant à la réponse apportée lors d’une lecture. Il est de convenance de choisir le tirage le plus adéquat avant de mélanger et couper les cartes.

Voici deux exercices qui vont vous aider à vous accoutumer avec le tirage du tarot.

Tout d’abord, je vous propose de vous familiariser avec le symbolisme d’une carte (en référence au conseil numéro 2 ci-dessus).

Pour cela, nous allons travailler sur le tirage à une carte.

Simple, direct et efficace, tout ce que j’aime. Il s’agit du plus élémentaire des tirages. Il apporte une réponse immédiate.

Commencez par battre vos cartes, face vers le bas, soit entre vos deux mains, soit à plat sur une table (la encore il s’agit d’une question de goûts, faites comme vous le sentez). Coupez le jeu (si le cœur vous en dit) puis tirez une carte. Personnellement, je bats mes cartes des deux mains puis je les coupe de la main gauche (la main de cœur dit-on) tout en me concentrant sur ma question.

L’objectif est ici de vous entrainer à assimiler la signification de chacune de vos lames avant de pouvoir effectuer une lecture croisée en les associant les unes aux autres.

Lisez la carte à l’endroit. Cherchez le sens profond de la carte. L’interprétation pourra être tournée vers différents axes :

  • lisez pour vous-même : demandez à connaître l’ambiance générale de la journée ou posez une question qui vous tient à cœur
  • lisez pour votre famille et vos amis proches en répondant à leurs questions
  • lisez pour votre star préférée : essayez de présager un événement à venir et suivez l’actualité afin de vérifier vos prédictions
  • essayer de prédire la fin de votre film favori avant de le regarder.
Le second exercice consiste à réaliser un tirage à 3 cartes.

Tirage de 3 cartes ©Sheluna.comCe tirage est facile à lire pour un débutant, car il donne un cadre. Cette facilité en fait toujours mon préféré lorsque j’ai besoin d’inspiration. En effet, il offre davantage de liberté au tarot pour communiquer, car on ne lui pose pas de question directe. Le message qu’il délivre est le bon conseil du moment, celui qui va éclairer votre situation.

Le cadre de lecture peut varier en fonction de vos besoins. Les trois cartes peuvent représenter :

  • le passé / le présent / l’avenir
  • la question – la situation / le désir – le défi / la solution
  • le domaine affectif / l’état d’esprit / le travail
  • la tête / le corps / l’esprit
  • l’allié / l’adversaire / le résultat

Pour finir, je vous dirais : entrainez-vous encore et encore !

Certes, vos premières lectures seront hésitantes, saccadées, mais, avec le temps, vous parviendrez à les maitriser. Si une carte vous semble complexe à déchiffrer, n’abandonnez pas, forcez-vous. Examinez la carte sous toutes ses coutures, prenez le temps de l’analyser et vous arriverez à la lire. Personnellement, je ne recouvre jamais une carte (le recouvrement consiste à tirer une nouvelle carte pour recouvrir celle qui ne nous convient pas), car selon moi les Puissances Supérieures ont délivré leur message dans le tirage initial. À moi de savoir le lire au travers des lames tirées sans chercher la facilité du recouvrement. Mais encore une fois, il s’agit de mes propres convictions. Croyez en vos cartes, faites-leur confiance, faites-vous confiance !

Allez mes petits Padawans, lancez-vous maintenant et que la Force soit avec vous.

 très vite pour un prochain billet et n’oubliez pas de faire entrer la magie dans votre vie.
Sheluna